Cette contribution est fixée à proportion des ressources respectives de chacun des parents ainsi que des besoins de l’enfant.

En cas de demande de révision de la contribution fixée par une décision antérieure, le juge doit, pour apprécier la survenance de circonstances nouvelles depuis lors, prendre en considération les éléments dont il dispose au jour où il statue, même si les circonstances nouvelles sont intervenues au cours de l’instance en révision.